IREM d'Aix-Marseille

 

Laboratoire PYTHEAS


Hippocampe-maths
Centre d'initiation à la démarche de chercheur en mathématique et au débat scientifique
   

 

Un stage vu par un tuteur :

L'atelier Hippocampe Maths est piloté par l'IREM et l'IML et la Faculté des Sciences de Luminy. C'est l'adaptation aux mathématiques fondamentales d'un concept initié en bio par l'association Hippocampe. L'idée commune est d'accueillir une classe de lycée dans un laboratoire, pour les initier à la démarche scientifique. Parmi les différences, l'association Hippocampe propose un équipement matériel conséquent et les ateliers sont orientés vers l'expérience. La version maths est orientée vers la conjecture et la preuve et permet l'utilisation d'outils avancés tels que le crayon ou la craie.

Schématiquement:
- on se pose des questions,
- on émet des hypothèses,
- on les teste,
- ça marche pas,
- on essaie autre chose,
- on se plante encore,
- on change de questions,
- ...
et aussi, on échange et on débat.

Côté organisation, chaque atelier est consacré à une classe de lycée (ou de collège) et se déroule sur trois jours. Un thème (très général) est décidé à l'avance par le responsable de l'atelier. Après une petite demi-journée d'accueil et de présentation du thème, la classe est séparée en groupes d'une dizaine d'élèves, chacun confié à un chercheur (sous-entendez moniteur de math, info ou physique: mathématiques fondamentales ne signifie pas mathématiques compliquées).

Les élèves doivent s'orienter vers une ou plusieurs questions qui leur paraissent intéressantes (a priori complètement libres mais sous la pression discrète du moniteur). À l'intérieur de chaque groupe, des sous-groupes de trois ou quatre se forment autour de questions distinctes. Puis, à l'attaque ! Hypothèses, conjectures, tentatives, échecs, avancées... deux jours de science.

On termine par la préparation de posters qui seront présentés par les élèves aux chercheurs du labo dans la dernière demi-journée. Cette présentation est suivie d'un débat.

Pour le moniteur, l'expérience est assez amusante car il faut arriver à faire percevoir l'intérêt et la fréquence de l'échec, tout en arrivant à quelque chose en trois jours. Surtout, il ne faut pas donner l'impression aux élèves qu'on leur tient la main.

Je précise encore une fois que cette description est basée sur mon expérience personnelle et que les séances futures seront peut-être légèrement différentes.

.....

Lionel. V., moniteur en mathématiques et inscrit en thèse à l'IML dans l'équipe de logique


Adresses :