JOURNÉES APPRENTISSAGES 2003

12 et 13 mai - Faculté des Sciences de Luminy

Organisateurs : Alain Finkel et Yves Lafont


Les Journées Apprentissages 2003 s'adressent à tous ceux qui s'intéressent aux mécanismes de l'apprentissage des sciences, qu'ils soient étudiants, enseignants, ou chercheurs. Elles se composent de 3 conférences le lundi après-midi et d'une formation le mardi. Cette dernière est particulièrement recommandée aux enseignants en formation.

Attention : la formation est gratuite, mais l'inscription est obligatoire car le nombre de places est limité.

Inscription pour le mardi


Programme du lundi 12 mai (conférences)

Faculté des Sciences de Luminy, amphithéâtre 12 (bâtiment B)
 
14h - 15h Conférence d'intérêt général de la Faculté des Sciences de Luminy

Le mathématicien est plus proche du primate que de l'ordinateur

par Bernard Teissier (CNRS, Institut de Mathématiques de Jussieu)

15h30 - 16h30 Exemples d'images mentales en mathématiques

par Pierre Arnoux et Yves Lafont (Faculté des Sciences de Luminy)

16h30 - 17h30 Techniques cognitives d'imagerie mentale

par Alain Finkel (École Normale Supérieure de Cachan)

Programme du mardi 13 mai (formation)

École Supérieure d'Ingénieurs de Luminy (accès)
 
9h-10h Cours : Démonstrations de techniques cognitives d'imagerie mentale
10h-11h15 Atelier : Introduction aux différentes images et représentations mentales
11h45-12h30 Cours : L'attention, les émotions et les intentions. Capter l'attention
14h-15h Suite du cours
15h-16h15 Atelier : Vérifier un objectif et la motivation 
16h15-17h Cours : Se libérer de l'obligation et des pièges de la réussite

Formation animée par Alain Finkel assisté de Benjamin Blanc, Alexandra Deville, et Charles Dossal
 


Résumés des conférences

La signification des objets et des constructions mathématiques est très difficile à transmettre et le fondement logique des mathématiques tend à faire sous-estimer son importance dans l'enseignement. Je vais exposer quelques exemples illustrant un programme d'étude des fondements des mathématiques dans notre perception de l'univers qui nous entoure. Le problème de base est de comprendre ce qui se passe qund on "comprend" une démonstration, et qui n'a que très peu à voir avec la logique.
  Pour faire des maths, il faut :
  1. maîtriser un langage formel à base de calcul et de preuves ;
  2. savoir associer des images mentales à ce langage formel.
La seconde étape est souvent négligée par les enseignants, notamment à l'université : on considère qu'il s'agit d'un prérequis, ou que cela ne s'enseigne pas. Nous pensons au contraire qu'il faut expliciter ces images pour permettre au plus grand nombre d'accéder à ce mode de connaissance. À titre d'exemple, nous évoquerons les représentations géométriques du calcul.

En fait, il existe plusieurs types d'images mentales, et ceci est probablement à la base d'un grand nombre de controverses sur la pédagogie des maths, les partisans d'un certain type d'images jugeant toute pédagogie qui en utilise d'autres comme absurde.
 

Nous présenterons un modèle des représentations mentales basé sur les cinq sens, les émotions et différents paramètres de l'attention. Puis nous introduirons quelques opérations mentales importantes pour les techniques d'apprentissage. Nous détaillerons la structure des états et nous montrerons en quoi cette structure peut aider au questionnement, au diagnostic et à l'intervention dans des situations d'apprentissage.


Liens

Journées Apprentissages 2002 - Réussir à l'université