25 ans de lutte syndicale aux Festes d'Orphée  

par Yves Lafont (choriste réserviste des Festes d'Orphée, fondateur de la section CGT-Fd'O)



Camarades chanteurs et musiciens,

Bien entendu, nous sommes tous de gauche, et même à la gauche de la gauche, … voire à la gauche de la gauche de la gauche. J'en parlais encore l'autre jour avec Pierre Lorent, notre secrétaire national. Mais ne mélenchons pas tout ! Je suis ici en tant que syndicaliste, fondateur de la section CGT-Fd'O dans les années 90. Je resterai donc sur un plan strictement syndical.

Je commence par rappeler nos principales revendications :
Nous nous engageons aussi dans les débats d'actualité sur les choix de société :
Nous nous opposons aussi à la pratique qui consiste à faire appel à d'anciens choristes réservistes, plutôt que d'embaucher des jeunes.

Nous demandons enfin une réforme en profondeur de la fiscalité, avec la taxation du patrimoine baroque musical.

Je défendrai toujours un syndicalisme à l'ancienne, avec revendications d'époque. Mais je prône aussi un syndicalisme préventif, qui anticipe les conflits de l'avenir. Je propose donc d'adopter dès ce soir une charte de bonne conduite, qui s'imposera à tous, notamment à la direction :
Pour terminer en musique, je vous propose une petite récréation : il s'agit d'une œuvre anonyme, datée de 1686, que j'ai retrouvée par erreur dans la bibliothèque de Mazarine : c'est une des rares tragicomédies-ballets composées à l'époque de Lully. J'en profite pour remercier Mazarine de m'avoir permis d'emprunter ce manuscrit.

Pour les auditeurs de Radio Classique, qui écoutent ce concert en direct, et que je salue ce soir, je donne la distribution :
Voici donc, en re-création mondiale depuis 325 ans :

L'Indignation d'Orphée



Entrée des muses (orchestre)

Orphée (avec beaucoup d'indignation) :

    Debout ! les dessus et les tailles !
    Debout ! les basses et les altos !
    Le ton résonne en nos chapelles,
    C’est l’éruption de nos voix.
    Déjà, on le dit à voix basse,
    Chœur esclave, debout ! debout !
    Le thème va changer de basse :
    Nous ne sommes rien, soyons tout !

Eurydice :

    C’est la lutte vocale,
    Groupons-nous, et demain,
    L’Intersyndicale,
    en sera la témoin,
    C’est la lutte vocale,
    Groupons-nous, et demain,
    Nos chefs de chorales,
    Seront un jour humains.*

Menuet (orchestre)

Chœur des indignés (même texte)

* texte édulcoré pour les chœurs dont le chef est gentil : Nous donneront la main.

Partitions restituées (avec l'aimable autorisation de Mazarine)

Notes




Liens