Page d'accueil
Sommaire

Institut de Mathématiques de Luminy

Les activités internationales

La coopération internationale est l’un des points forts de l’activité de l’IML. Avant de la décrire de façon administrative cherchons d’abord à en donner une impression à travers quelques aspects plus frappants.

Nos collaborations de longue durée démontrent parfois, longtemps après leur début, qu’elles étaient très bien ciblées. Ainsi, l'action de coopération scientifique avec le Chili, vieille de dix ans (ECOS Sud et CNRS-Conicyt)) se fait avec des membres du Centro de Modelamiento Matematico, laboratoire associé au CNRS depuis 4 ans. Les contacts noués il y a dix ans par l'équipe ATI à Moscou s’insèrent depuis un an dans le cadre de la convention entre le CNRS et l'Université Indépendante de Moscou, avec laquelle une équipe commune est en train de se créer en cryptographie. Ils ont abouti en octobre dernier au recrutement de M. Tsfasman en tant que directeur de recherche.

En 1999 l’équipe DAC s’est adjoint deux professeurs étrangers, A. Nogueira et S. Troubetzkoy. L’équipe GNC a recruté un directeur de recherche britannique, A. Wasserman, et tout récemment un professeur autrichien, M. Puschnigg. Les deux dernières opérations ont été facilitées par leur accueil préalable sur poste de chercheur associé CNRS pour un an.

Chaque année les rencontres organisées par l’IML, tantôt seul, tantôt en partenariat avec d’autres laboratoires, attirent un grand nombre de chercheurs étrangers, avec lesquels des coopérations se développent parfois ensuite. Signalons en particulier les trimestres spéciaux organisés depuis 2001. Comprenant ces deux dernières années une école de formation, ils font venir à Marseille , en sus des chercheurs, un grand nombre de doctorants étrangers.

Un aspect important de la coopération consiste justement à former de jeunes chercheurs étrangers, doctorants ou post-doctorants, souvent européens grâce aux TMR auxquels participe l’institut. Nombreux sont ceux qui s'adressent spontanément aux chercheurs de l'Institut pour venir passer quelques mois, voire un an chez nous avec un financement en poche. C’est bon signe pour le rayonnement de l’IML.

Aspects généraux

L’équipe LDP a des contacts plus spécifiques avec les Etats-Unis, le Japon et en Europe la Grande-Bretagne et l’Italie. L’équipe DAC coopère avec les Etats-Unis, le Japon, le Chili, le Brésil, la Chine mais aussi en Europe avec la Hongrie, la Russie, la Grèce. GNC a des contacts privilégiés avec des universités allemandes et américaines. L’équipe de singularités anime un PICS avec le Japon et elle a des contacts bien établis au Mexique (U.N.A.M.). L’équipe Mathématiques du génome a des contacts au Chili et en Belgique. Enfin ATI coopère en particulier avec des équipes de recherche indiennes (Indian Institute of Technology, Bombay) et russes (Université Indépendante de Moscou), grecques et brésiliennes. P. Barthélémy, notre ingénieur système, s'investit à Cuba depuis plusieurs années auprès de l'ICIMAF (J. Estrada), sur le thème "Théorie de l’information et Réseaux informatiques" et plus concrètement en apportant son aide au niveau du matériel informatique.

Les coopérations s’appuient en premier lieu sur des contrats bilatéraux du CNRS, mais aussi sur ECOS (Amérique Latine) ou sur des contrats du Ministère. En outre, de nombreuses invitations de courte durée sont prises en charge par le laboratoire.

Notons une thèse soutenue en cotutelle avec Santiago, une autre en cours avec Gênes.

Hors de l'espace européen, nous avons accueilli pour des périodes variables et formé depuis 1999 plusieurs jeunes chercheurs venant de Chine, de l’Argentine, du Chili, du Brésil, du Maroc, d’Italie etc. Un doctorant turc a travaillé un an dans l'équipe d'Arithmétique et Théorie de l'Information avec S. Vladuts. Son financement était assuré par une bourse du Tubitak (CNRS turc). Cette année un jeune post-doc iranien est accueilli dans l'équipe de Singularités pour collaborer avec J.P. Brasselet, sur bourse de l'Académie des Sciences de Paris. Enfin deux post-doc Japonais, financés par le Japon, sont venus travailler pour un an avec Th. Ehrhard et P. Arnoux. Un brésilien doit arriver prochainement pour un séjour d’un an.

Contrats européens

Depuis la création de l'UPR 9016 celle-ci a apporté une attention particulière aux financements distribués par la commission. Les contrats de la Communauté Européenne jouent un rôle important dans notre dispositif, d’abord pour la formation de jeunes scientifiques : pré et post-doctorants italiens, anglais, allemands, danois, etc. ont été accueillis chez nous. Mais les différents ateliers organisés durant la période contractuelle sont aussi très stimulants pour tous les scientifiques impliqués dans le sujet.

Nous avons participé au programme Capital Humain et Mobilité en tant que coordinateurs de deux contrats du 4e programme cadre. Le contrat qui va se terminer est coordonné à l’IML par L. Régnier. Il s’intitule " Linear Logic in Theoretical Computer Science ", il comprend six sites associés, en Italie à Bologne et Rome, au Royaume-Uni à Edimbourg et Cambridge, en France à Paris 7 et au Portugal à Lisbonne. Dans le 5e programme cadre nous sommes site associé du réseau de formation par la recherche "Geometric Analysis", coordonné à l’université d’Ancône. Nous regrettons parfois que les règles strictes de la commission interdisent à de jeunes chercheurs européens extérieurs au réseau et travaillant sur son sujet d’être financés.

Les équipes sont maintenant entraînées à répondre aux appels d'offres européens et font appel aussi bien à la Commission européenne qu'à l’ESF (European Science Fundation) ou à INTAS. Nous étudions maintenant le 6e PCRDT car nous aimerions présenter un nouveau dossier sur les sites de formation. Nous avions beaucoup investi lors du précédent programme sur un dossier de ce type qui finalement n'a pas été reçu à temps à Bruxelles pour une raison indépendante de notre volonté.

F. Bodin, chargée des relations internationales, s'est spécialisée dans le montage de dossiers de demandes de subventions européennes. En 2000, elle a effectué une étude comparative en Italie et en Angleterre, dans le cadre d'une formation, avec le but de créer des liens avec des administratifs anglais et italiens afin de faciliter la gestion des contrats européens qui prend un temps considérable sur le travail des scientifiques. Les contacts noués nous ont valu la visite d’une administrative de Cambridge à l’IML en juillet 2001. On envisage la venue d'un autre personnel administratif de Cambridge courant 2003.

F. Bodin, F. Blanchard.

Voici quelques chiffres ; pour plus de précisions on se reportera aux tableaux qui suivent.

Projets actifs à ce jour et pour la plupart depuis ces 4 dernières années :

- 8 projets sur des accords de coopération scientifique bilatéraux du CNRS

- 1 programme d'action intégrée (Van Gogh)

- 1 Programme International de Coopération Scientifique avec le Japon

- 1 action de coopération scientifique ECOS Sud (Chili)

- 1 projet INTAS, site associé

- 1 TMR, site coordinateur : Marseille (7 sites associés)

- 1 TMR, site associé

- 1 réseau européen de l’European Science Foundation

Postes de chercheurs et professeurs associés :

- 10 mois par an en moyenne

Pré et post-doctorants étrangers :

- cotutelles : 1 terminée, 1 en cours.

- sur contrats TMR : 51 H/mois

- boursiers étrangers divers : 6


Page d'accueil
Sommaire