Institut de Mathématiques de Luminy

Évolution du personnel

Depuis le précédent rapport quadriennal l’effectif chercheur du laboratoire s’est renouvelé pour un quart. Il est en légère augmentation.

Dix personnes sont parties : il s’agit de cinq retraites ou assimilées (G. Blanc, J. Carmona, H. Chaix, H. Faure, G. Lopez), de trois mutations de chercheurs (V. Berthé, É. Blanchard, J. Buzzi ) et d’un rattachement au LATP (A. Thomas). N. Vercueil, en longue maladie, n’a pas poursuivi ses recherches.

H. Faure et G. Lopez ont accédé à l’éméritat et restent à ce titre associés au laboratoire.

Treize personnes sont arrivées. Il y a eu 8 recrutements : 4 au CNRS (É. Remy, P. Ruet, M. Tsfasman, A. Wassermann), 4 à l’université (S. Louboutin, A. Nogueira, M. Puschnigg, S. Troubetzkoy), 3 mutations de chercheurs (S. Ferenczi, A. Guénoche, A. Rauzy) et 2 rattachements d’enseignants-chercheurs (B. Ghattas et J.-P. Labesse, ce dernier partagé à 50% avec l’Institut de Mathématiques de Jussieu).

Deux recrutements de professeurs doivent être décidés au printemps 2003.

L’effectif ITA est stable, mais deux personnes ont quitté l’IML : C. Bernard et P. Rage, et deux sont arrivées, É. Lozingot et J.-B. Erismann.

Notre grande préoccupation concerne le vieillissement de l’effectif chercheur et enseignant-chercheur. Il en résulte une très forte capacité d’encadrement, qui reste partiellement inemployée. La situation varie beaucoup d’une équipe à l’autre : ainsi LDP et DAC ne sont pas trop touchées, GNC et surtout ATI le sont bien plus. Pour cette raison, le département de Mathématiques de Luminy, en concertation avec l’IML, a demandé pour 2003 la création d’un poste de MC avec le profil " Cryptographie ". Le sous-encadrement considérable de l’informatique à Luminy ne permet malheureusement pas que ce poste soit classé dans les demandes de l’université.

Page d'accueil
Sommaire