Institut de Mathématiques de Luminy


L’IML en quelques mots...

Historique

Jusqu’en 1992 les chercheurs mathématiciens de Marseille, travaillant au Nord comme au Sud, étaient regroupés dans une unité de recherche associée unique.

Au 1er janvier 1992 fut créé le Laboratoire de Mathématiques Discrètes, UPR 9016 du CNRS. C’était le résultat des efforts de Gérard Rauzy, qui fut son premier directeur. L’option choisie par le département SPM était alors de monter un laboratoire thématique s’appuyant très majoritairement sur le CNRS, avec un soutien du ministère non officialisé mais réel. Le LMD regroupait en grande majorité des personnels du CNRS et d’Aix-Marseille II. Il se composait de trois équipes, Arithmétique et Théorie de l’Information, Logique de la Programmation, Systèmes Dynamiques Discrets ; il ne regroupait ni les géomètres, ni les statisticiens de Luminy.

En 1996, changement de cap : le LMD s’agrège l’équipe de Géométrie Non Commutative et devient l’Institut de Mathématiques de Luminy, avec un nouveau directeur, Jean-Paul Brasselet. Il garde le même numéro d’UPR. Au cours de ce mandat l’IML emménage dans des locaux plus vastes, ceux qu’il occupe actuellement, et le fonctionnement administratif est modifié. Jean-Paul Brasselet crée une petite équipe de Singularités.

En 2000 l’UPR est renouvelée dans la même formation, avec désignation d’un nouveau directeur, François Blanchard. C’est pendant cette mandature qu’émerge la nouvelle équipe de Mathématiques du Génome.

À l’horizon 2004 l’IML est toujours conçu comme unité de site, ayant vocation à regrouper tous les mathématiciens actifs de Luminy ; le fait nouveau est que le CNRS et Aix-Marseille II, qui s’appelle maintenant Université de la Méditerranée, envisagent d’en faire une unité mixte de recherche. Il y aura lieu aussi de désigner un nouveau directeur à compter du 1er janvier 2004.

L’IML aujourd’hui

Donnons ici une description rapide de l’institut et de ses activités. Certains paragraphes résument des rubriques de ce rapport. D’autres abordent des points sur lesquels celui-ci ne reviendra pas.

L’IML occupe 2000m2, dont 1350 utiles, dans la tranche CNRS du bâtiment principal de Luminy.

Effectifs

Le laboratoire compte 22 enseignants-chercheurs, 19 chercheurs au CNRS, 6 ITA, soit 47 permanents, ainsi que 21 doctorants et une moyenne de 6 post-doctorants et invités sur une durée d’au moins un mois.

L’évolution de l’effectif chercheur permanent depuis 1999 est légérement positive, résultant d’une forte mobilité : 10 départs, 13 arrivées. Notre préoccupation : le vieillissement.

Séminaires et groupes de travail

Cinq séminaires d’équipes : quatre, ATI, DAC, GNC (commun CPT-IML), LDP, se tiennent à l’IML avec des fréquences diverses ; celui de Singularités a lieu à l’IML et au LATP suivant les intervenants. Trois groupes de travail, dont deux, Logique et Biologie-mathématiques-informatique-physique (sur le génome, commun à un grand nombre de labos), ont lieu à l’IML, cependant que le dernier, Marches aléatoires sur les bords des groupes (IML-LATP), se tient dans les locaux de la fédération à Saint Charles.

Budget

Le budget de l’IML était en 2002 de 586000 euros, dont 65% en provenance du CNRS, 12% donnés par le ministère de l’éducation, 6% sur contrats de la communauté européenne, 3% de l’European Science Foundation, 12% sur contrats industriels, 2% : soutien de base, contrats.

ITA

Les 6 ITA de l’IML sont chacun responsable d’un secteur d’activité à l’intérieur de l’institut.

Moyens informatiques

On trouve à l’IML 4 ordinateurs Sun à usage réseau ; 86 stations de travail individuelles (Sun, PC et surtout Macintosh), la plupart dans les bureaux des chercheurs, doctorants et invités mais 7 en accès libre dans des salles collectives ; 4 portables destinés à être prêtés aux chercheurs partant en mission ; 15 imprimantes.

Les besoins en matériel informatique et bureautique, en entretien et en logiciel, sont gérés par une commission informatique.

Documentation

L’IML n’a pas de bibliothèque propre : sa bibliothèque est celle du CIRM, à laquelle il verse chaque année une contribution substantielle directe ; il cotise également pour l’accès à MathSciNet, négocié avec l’AMS au profit des trois bibliothèques marseillaises (CIRM, CPT, LATP). Gilles Lachaud représente l’IML auprès du CIRM pour les achats de la bibliothèque. S. Troubetzkoy, membre à la fois du CPT et de l’IML, y représente le CPT. La bibliothèque du CIRM consulte des correspondants, très souvent membres de l’IML, sur l’opportunité d’acheter tel ou tel livre. Le système fonctionne bien : lorsqu’on a besoin d’un livre récent, absent des collections du CIRM, il est acheté rapidement.

Les chercheurs de l’IML qui le désirent ont aussi accès à la bibliothèque du CPT ; celle-ci est abonnée à de nombreuses revues répertoriées en Physique mais très intéressantes pour les mathématiciens.

Le site web de l’institut s’est largement développé au cours des quatre dernières années.

Points forts

Les interactions avec les autres disciplines sont fortes et variées : les équipes DAC, GNC collaborent constamment avec les physiciens théoriciens ; le dialogue avec l’informatique est si possible encore plus approfondi par le biais de LDP, DAC, ATI, MMG . Enfin l’équipe Méthodes mathématiques du génome travaille tout entière en modélisation pour la biologie, en collaboration avec l’informatique et la physique théorique.

La coopération internationale est très active. Elle s’appuie sur deux TMR, dont l’un coordonné à l’IML ; de nombreux accords de coopérations bilatéraux du CNRS, du ministère ou autres ; les mois de postes de chercheur ou professeur associé fournis par le CNRS et l’université de la Méditerranée.

Depuis 2001 l’IML organise chaque année, parmi de nombreuses autres rencontres, un trimestre spécial dont la formule est au choix des organisateurs. Le temps fort en était en 2001 et 2002 une période de 5 semaines résidentielles au CIRM, comprenant une école de deux semaines ciblée sur les doctorants, avec un soutien important de la Formation Permanente du CNRS ; il y avait des retombées variées au cours du printemps. En 2001 la rencontre concernait les systèmes dynamiques dans le cadre de la FRUMAM (avec le CPT et le LATP), en 2002 la logique et ses interactions avec une forte participation du Laboratoire d’Informatique Fondamentale et le soutien de la FRUMAM.

L’an prochain l’IML organisera un trimestre en cryptographie avec une formule un peu différente. En 2004 ce sera le tour de la géométrie non commutative, de nouveau dans le cadre de la FRUMAM, avec le CPT et le LATP.

Enseignement et encadrement doctoral

L’IML participe à l’enseignement dans trois DEA, " Mathématiques Pures ", " Mathématiques Discrètes et Fondements de l’Informatique " et " Informatique ", et propose un certain nombre de cours de l’école doctorale de Mathématiques-Informatique de Marseille. Il compte 21 doctorants.

Département de mathématiques

L’IML entretient des relations très fortes avec le département de mathématiques de Luminy, dont la moitié de ses permanents sont membres et où enseignent les doctorants moniteurs et les ATER. Les profils de postes sont élaborés en étroite concertation entre le département et l’institut.

La Fédération

Avec le Centre de Physique Théorique et le Laboratoire d’Analyse, Topologie et Probabilités, l’IML constitue la Fédération de Recherche des Unités de Mathématiques À Marseille (FRUMAM). L’importance croissante de cette affiliation pour nous, et le rôle que joue l’IML à l’intérieur de la fédération, sont développés plus loin.


François Blanchard

Page d'accueil
Sommaire