Institut de Mathématiques de Luminy

Politique de collaboration internationale

1999-2000

L’IML est fortement impliqué internationalement. Les coopérations avec des groupes étrangers augmentent, grâce notamment aux financements issus des accords bilatéraux du CNRS. Ces actions, facilement gérables, sont presque toujours renouvelées, souvent même deux fois. Toutefois, bien doté jusqu’à présent en postes chercheurs associés CNRS, le laboratoire a observé une diminution des possibilités d’invitation en 2000-2001 ; les invitations sur postes universitaires vacants ont disparu, les postes ayant été pourvus.

Le laboratoire conserve jusqu’en 2002 le contrat Formation Mobilité Recherche dont il est site coordinateur, et bénéficie cette année d’un autre contrat du même type en tant que site associé.

On note par contre une certaine régression des coopérations institutionnelles avec les pays de l’Est. Deux contrats INTAS et un Programme d’Action Intégrée Balaton n’ont pas été renouvelés. La "fuite des cerveaux" vers l’Ouest est un facteur important ; souvent nos contacts se volatilisent, cela vient de nous valoir la perte d’un poste PAST à l’université de la Méditerranée. Mentionnons au passage la lourdeur de gestion des contrats INTAS, à mettre en regard de la faiblesse des sommes allouées aux équipes de l’Ouest.

Tout cela n’est que l’aspect le plus visible de nos contacts à l’étranger. De nombreuses collaborations, longtemps soutenues par un contrat, continuent d’être productives après l’expiration de celui-ci ; d’autres se développent sans soutien de ce type.

Accords de coopération internationale, contrats européens

Au cours de ces trois dernières années, nous avons doublé les coopérations sur accords bilatéraux du CNRS avec des organismes de recherche étrangers.

L’équipe LDP a des contacts plus spécifiques avec les États-Unis, le Japon et en Europe la Grande-Bretagne et l’Italie.
L’équipe DAC coopère avec les États-Unis, le Japon, le Chili, la Chine mais aussi en Europe avec la Hongrie, la Russie, la Grèce.
GNC a des contacts privilégiés avec des universités allemandes et américaines.
L’équipe de singularités (SGT) anime un PICS avec l’université d’Hokkaido et elle a des contacts continus au Mexique (U.N.A.M.).
Enfin, ATI coopère en particulier avec des groupes indien (Indian Institute of Technology, Bombay) et russe (Independent Moscow University).

Les contrats de la Communauté Européenne jouent un rôle essentiel dans notre dispositif, plus spécialement au niveau de la formation.

Nous avons participé au programme Capital Humain et Mobilité en tant que coordinateurs de deux contrats du 4e programme-cadre. Le contrat en cours s’intitule : "Linear Logic in Theoretical Computer Science", il comprend six sites associés, en Italie à Bologne et Rome, au Royaume-Uni à Edimbourg et Cambridge, en France à Paris 7 et au Portugal à Lisbonne.

Dans le 5e programme-cadre, nous sommes site associé du réseau de formation par la recherche "Geometric Analysis", coordonné à l’université d’Ancône (Italie). Il est regrettable que de jeunes chercheurs extérieurs au réseau mais travaillant sur les mêmes sujets ne puissent pas être financés.

En mai dernier, nous avons répondu à deux appels d’offre. La première demande vise à soutenir le trimestre à thème que l’équipe LDP organise début 2002. La seconde, une demande de "training site" européen, a été déposée au printemps 2001 ; il s’agit d’obtenir des mois d’invitation de doctorants, mais aussi un label qui pourrait faciliter les demandes ultérieures.

La technicienne en charge des relations internationales a effectué l’année dernière une étude sur la façon dont les financements européens étaient perçus par les mathématiciens et les administratifs de la recherche, à l’Université La Sapienza, à Cambridge et à l’IML. Les contacts noués débouchent sur la visite d’une administrative de Cambridge à l’IML en juillet 2001, dans une perspective de coopération entre administratifs de la recherche au niveau européen.

Doctorants et jeunes chercheurs boursiers étrangers

De 1999 à ce jour, nous avons accueilli huit doctorants et jeunes chercheurs financés par des bourses Marie Curie ou sur réseau Formation et Mobilité. Nous formons également en doctorat un étudiant boursier du gouvernement mauritanien et un autre du gouvernement algérien. Nous participons à deux co-tutelles de thèses, l’une avec l’université du Chili, l’autre avec l’université de Gênes. Nous accueillons à leur demande un doctorant turc financé par le TUBITAK et un jeune chercheur suisse, financé par une bourse du FNRS.

Last update : September 25, 2001, EL.